Mes compagnons de chemin – Les Adidas Supernova Riot 4

Adidas SN4Bien évidemment ayant repris la course à pied en hiver, je me demande encore ce qui m’a pris, j’ai du affronter des conditions climatiques plus que difficiles. Il m’a fallu songer sérieusement à des chaussures adaptées aux terrains très déformés que j’emprunte assez régulièrement lors de mes sorties. Les Mizuno Wave Rider 15 sont parfaites sur le bitume et sur sentiers stabilisés secs ou un peu humides, mais dès qu’il s’agit d’affronter une épaisse couche de neige ou un terrain gras elles atteignent vite leur limites. Vous allez me dire elles ne sont pas faites pour ça et vous avez bien raison. Néanmoins j’ai quand même pu tester leur compétences sur ces terrains difficiles et je ne mettrais quand même pas de zéro pointé. Le maintien du pied et le confort de la chaussure restent pour moi une référence et ne sont que très rarement pris en défaut.

Cependant un réel problème m’a très souvent agacé et je l’ai rencontré lors de mes sorties par temps neigeux. En effet, les Mizuno présentent un trou au niveau de la semelle situé sous le talon. Elles sont certainement conçues ainsi pour répondre à quelques exigences techniques mais la neige à une fameuse tendance à s’agglomérer dans ce petit trou formant au fur et à mesure une véritable gêne dans la course. A tel point que je m’arrêtais assez régulièrement pour enlever cet amas de neige durcie qui donnait l’impression d’avoir un caillou coincé sous le talon. Assez fort désagréable vous en conviendrez.

Il m’a donc fallu trouvé une paire de chaussures de trail pour continuer à m’entraîner en foret et par tous temps. J’ai longtemps hésité entre les Wave Cabrakan 4 et les Supernova Riot 4. Ne trouvant plus de Cabrakan à ma pointure pendant la période de soldes je me suis donc tourné vers les Adidas puisqu’elles jouissent d’une très belle réputation dans le monde du Trail.

Le modèle gris m’a très vite séduit, d’autant que pour aller faire des virées dans la boue et la neige autant prendre les coloris les plus sombres possibles, c’est beaucoup moins salissant.

Dès les premiers kilomètres et notamment sur le bitume que j’emprunte avant de rejoindre la forêt, je sens que ça « tape ». L’amorti n’est pas le même que sur mes Mizuno et même si les Adidas sont très confortables je dois m’habituer à ces nouvelles sensations, ce qui n’est pas très agréable au début.

C’est après quelques sorties et surtout dans les chemins forestiers que tout le potentiel de ces chaussures m’a explosé au visage ! Une belle accroche dans la neige et dans la petite rocaille, un pied bien maintenu et bien au sec grâce à un mesh très efficace. Et puis surtout un look d’enfer, jugez plutôt !

Admirez cette semelle Continental du plus bel effet.

Admirez cette semelle Continental du plus bel effet.

Alors contrairement au cliché ci-dessus, elles ne sont plus très présentables à l’heure où j’écris ces lignes et comme je ne sors pas avec mon appareil photo vous n’aurez pas de photographies « en action ». Peut-être une prochaine fois… Qui sait?

RodRunner