Venteuse Ronde du Val Saint-Pierre 2014 !

blah-blah

Alors,  je tiens à m’excuser à double titre. Tout d’abord auprès de tous les fanas de la photographie de courses qui adorent lire des CR illustrés par de superbes clichés de jolies foulées, de bave aux lèvres lors du sprint final, de larmes émouvantes, de visages marqués par l’effort, de « babes » remettant la coupe au vainqueur… Vainqueur que je ne serai jamais soit dit en passant, donc adieu les « babes ». A vous tous chers lecteurs férus de « plongée » abyssale et de « contre-plongée » mystique, de  « portraits » au piqué incomparable… Pardon !

Oui votre noble serviteur a du mal à trimballer son KodakJetable/Polaroïd sur ses courses. Certes, je suis parfois accompagné de ma chère et tendre qui s’occupe de prendre en photo son homme dans l’effort, au bord de l’apoplexie, mais là j’étais seul… Enfin pas tout à fait. J’ai réussi à motiver mon ami Arnaud, membre des #RunnersChatoyants. Mais si, souvenez-vous il était déjà avec moi ici et .

Vous m’en voulez pas trop ? Si ? Bon allez pour me faire pardonner je  vous ai mis en illustration de cet article, la première photo obtenue sur google avec les termes  de recherche « babes » et « run ». Si vous êtes arrivés sur cet article via la page d’accueil, je suis sûr que vous vous êtes demandé quel était le rapport entre un CR de course et cette photo. Vous avez maintenant votre réponse.

Bon la deuxième chose pour laquelle je voulais m’excuser, c’est… Je sais plus ! La recherche iconographique de « babes » m’a complètement perturbé. Bon, RodRunner, t’arrêtes de nous saouler avec tes absurdités. Tu nous parles quand de ta satanée course ?!

J’y viens cher lecteur… Ça y est je m’en souviens !  Je tiens à m’excuser, Ô cher fanatique de mes écrits, pour mes longues introductions qui n’ont souvent pas grand rapport avec le sujet énoncé. Ouais on a compris, c’est bon. Accouche ! 

La course

Que dire de la course ? La RDVSP s’est déroulée le 9 février (oui je sais j’ai trainé un peu des pieds pour le CR). C’est une épreuve de 13,6km à laquelle je suis particulièrement attachée puisqu’elle a été ma première course officielle en 2013. Avant elle, je n’avais plus épinglé de dossards depuis ma participation au Marseille-Cassis en 2008!

Comme je l’ai annoncé en titre elle fut très venteuse. Moi qui voulais tenir une allure entre 4.45 et 4.50mn/km autant vous dire que je n’ai pas lutté bien longtemps. Le palpitant monte vite dans les tours et la respiration devient chaotique quand on lutte contre le vent, et qui plus est dans les montées. A cela il faut ajouter le passage dans un tunnel plus qu’étroit sous une voie rapide à la queuleuleu au 3e kilomètre qui m’a fait perdre de précieuses secondes. Je me suis donc confortablement installé à un rythme de croisière à environ 5mn/km.

De toute manière cette course n’était qu’une préparation au semi-marathon de Paris. L’objectif était donc de bien faire tourner les jambes et le coeur à une allure précise.

Capture d’écran 2014-03-10 à 16.45.57

Je ne vous referai pas le récit de la course en détail, le tracé étant le même que  l’an dernier. Sachez cependant que j’ai gagné 4mn (1h08′) par rapport à mon chrono de l’an dernier et sans m’être totalement investi. Je n’ai pas pris un énorme plaisir sur cette course. L’ambiance n’y est pour rien, tout était parfait, les organisateurs et bénévoles ont fait un travail remarquable. 500 participants se sont alignés au départ, record de participation pulvérisé pour cette jeune course locale.  Moi je n’y étais tout simplement pas, tout comme mon esprit sans doute déjà tourné vers les 21,1km à parcourir sur le bitume parisien.

Satisfait de mon chrono une fois la ligne d’arrivée franchie, je n’avais qu’une hâte, rentrer pour bien récupérer et penser à la suite de ma prépa’ pour le semi de Paris au sein de l’équipe TomTom. Mais ceci est une autre histoire que je vais vous conter dans un prochain article… Et promis je ne vais pas mettre autant de temps à le rédiger, je viens juste de digérer cette magnifique expérience.

RodRunner